Genre Lucidota

Photo de Lucidota atrata

Les Lampyrides du genre Lucidota

Le genre Lucidota comprend des insectes de la famille des lampyridés (Lampyridae). Ils sont des coléoptères que bien des gens nomment lucioles, ver luisant, ou mouche à feu.


Ce genre ne comporte que trois espèces différentes en Amérique du Nord, qui mesurent entre 6 et 12 mm de longueur.

Les mouches à feu sont actives la nuit, mais pour ce genre, ce sont des insectes qui sont actifs le jour. Ils n'utilisent pas de signaux lumineux pour se localiser pour l'accouplement. Seules les larves produisent de la lumière.

Ils ont un corps plat, assez allongé, de couleur foncée, et ne portent pas de décorations bien visibles, sauf sur le pronotum, la membrane qui protège le thorax et la tête.

Comme ce sont des coléoptères, ils ont deux ailes qui servent au vol, et deux élytres, des membranes rigides qui servent à protéger les ailes et l'abdomen qu'ils recouvrent.

La tête est presque toute cachée quand on la regarde du dessus. Les antennes sont presque plates, et faites de segments noirs de forme plus évasée d'un côté. C'est par les décorations sur le pronotum qui cache le thorax qu'on va parvenir à faire leur identification.

Photo de Lampyride noir (Lucidota atra)
Lampyride noir (Lucidota atra)

Au printemps, début de l'été, les insectes sortent de leur abri. Quelques jours après la fécondation, la femelle dépose ses oeufs dans un endroit humide, puis meurt. Le mâle lampyridé peut s'accoupler avec plusieurs femelles avant de mourir.

Photo de Lucidota punctata
Lucidota punctata

Les oeufs vont éclore un peu plus tard pour laisser sortir les larves qui vont s'alimenter de larves et de petits insectes. On les retrouve près des étangs, des marais, des forets humides et des cours d'eau.

Ce sont des prédateurs qui se nourrissent d'insectes et d'invertébrés comme des vers, des limaces, escargots et autres.

Les larves des Lampyridés passent par plusieurs métamorphoses, oeuf, larve, nymphe... avant de devenir l'insecte adulte qui peut se reproduire. Quand l'hiver arrive, les larves creusent un trou et s'y abriter jusqu'au printemps suivant, ce qui va relancer le cycle.